.

25 juillet 2008

AIR NUL

Écrivez-moi en incluant vos coordonnées si vous souhaitez être équipé du macaron précédent pour vos prochaines courses. Il me fera plaisir de vous en faire parvenir un exemplaire (jusqu’à épuisement des stocks).

Non

10 juillet 2008

Je vous LIVRE la vérité

Notre grande fille rentre à l’école cet automne pour la première fois. Et pas dans n’importe quelle école: dans une des meilleures écoles primaires du Québec. C’est en tout cas ce que prétend tout le monde… dans le voisinage.

Dernièrement toutefois, notre voisine, qui a un garçon qui va à cette fabuleuse institution et une fille qui a la malchance d’allée dans une autre école BEAU-COUP moins réputée, nous disait qu’elle avait remarqué que les professeurs de la supposée plus-meilleurs école faisaient beaucoup de fautes d’orthographes, comparativement par exemple à ceux de l’autre école (et plus que moi… est-ce possible?!).

C’est drôle, mais je me suis rappelé le représentant des ventes du constructeur de notre maison (et de toute les maisons de notre secteur également car elles sont toutes du même constructeur), il y a quelques années, qui nous ventait cette école (en nous la pointant même du doigt de son bureau de vente), nous mentionnant au passage justement qu’il s’agissait là d’ « une des meilleures écoles primaires au Québec« …

Et que dire en passant du « beau gros terrain » (d’environ 5 000 pieds carré (soupir)) que ce même vendeur nous présentait à l’époque et sur lequel siège présentement notre maison, à distance de soupir de nos voisins…

De retour à l’école en question, ce pourrait-il qu’elle ne soit ni bonne ni mauvaise ou plutôt que personne dans le secteur ni ailleurs n’en ait aucune idée tout simplement et que ni son rendement et ni ses qualités n’aient jamais été ni vérifiés, ni quantifiés? Se peut-il qu’à force de nous répéter tout ce que ce cher vendeur nous à dit et après l’avoir cru évidemment initialement comme un fait irréfutable parce que cela faisait plaisir de le croire, que nous soyons maintenant en proie à une illusion pour ne pas dire à un gonflage de ballon collectif? Et bien, je crois que oui.

Plus une « vérité » est véhiculée depuis longtemps et/ou par un grand nombre de gens, moins ses fondements sont questionnés. Nous intégrons une croyance tous simplement comme un fait qui évidemment ne se vérifie pas. J’ai bien choisie mes mots dans ce paragraphe: « questionner ses fondements » vs « intrégrer ».

Pourtant, n’y a-t-il pas plus dangereux que des vérités prédigérées.

Les ingrédients sont habituellement les suivantes: 1) une personne ou un groupe de personnes veut profiter d’un second groupe de personnes; 2) une rumeur, un pseudo-fait, évidemment non-vérifiable, est ébruité et on propage la nouvelle comme une vérité.

Le mieux est de mettre le tout par écrit, car ATTENTION, si c’est écrit, ça ne peut qu’être vrai.

Le savoir

Le savoir se décline en deux saveurs: celui qui résulte de données expérimentales reproductibles et celui qui ne l’est pas. Dans les deux cas, il s’agit rarement d’un savoir absolu irréfutable. Mais au moins dans le premier cas, il s’agit d’un savoir réel, c.-à-d. se référant à la réalité et à l’univers, tous les deux observables (au sens large du terme) et dans lesquels nous vivons, et non à des fabulations issues de notre esprit.

Car en fait, si nous ne pouvons ou n’avons jamais pu observer un phénomène ou une entité d’aucune manière avec nos yeux ou avec quelconques instruments scientifiques ou autres, il ne peut s’agir PAR DÉFINITION, vous l’avouerez, que de pures créations de l’esprit humains (vous pouvez relire ce paragraphe deux fois si vous le désirez).

Mais voilà, j’entends déjà certains se plaindre de l’immensité de la tâche: comment cher blogueur, distinguer le vrai de la fumisterie. Ma réponse: très difficile.

Tous et chacun, et évidemment votre humble serviteur, nous nous faisons prendre presqu’à tous les jours à croire des faux-faits. À titre d’exemple, à chaque seconde l’état de la science subit l’érosion des nombreuses expériences qui se déroulent à travers le monde.

Et bien moi voici mon truc pour mieux m’outiller contre les fumisteries et en général pour mieux faire face à la musique: lire, lire et lire. Des romans, oui quelques fois, mais pas trop. Surtout des essais, des articles d’actualité scientifique, surtout d’actualité point. Lire des articles avec du contenu, et ne pas juste lire les titres. Écouter la télévision et pas juste des feuilletons. S’informer, le plus possible et surtout comparer ses notes et se re-questionner. Re-questionner son modèle du monde. Se poser des questions et chercher des réponses. Plus on fait tout ça, plus on s’aiguise l’esprit face aux demi-vérités, face surtout au faux-faits et au dogmes.

Ma grande fille commence l’école en septembre. Ça m’est égal qu’elle aille dans une grande ou une petite école. Je suis juste heureux qu’elle ait enfin la chance de concrétiser le début de la plus grande aventure de sa vie. Et elle a hâte en plus. Peut-être partagera-t-elle LA passion de son papa pour l’information et le savoir. 

________________________________________________________________

D’ici une couple de semaines, pour ceux que ça intéresse, je devrais vous livrer la conclusion d’Oeil-de-boeuf, qui en passant, est une histoire vraie. Vous pouvez le croire sans hésiter, car c’est moi qui vous le dis!

« Page précédente Page suivante »

© 2007 www.nonmaissansblogue.com Tous droits réservés.