.

21 avril 2008

Contes de l’au-delà

C’est une histoire sortie tout droit de la tête de l’Homme. Sa première invention. Une histoire, dès le début plus fonctionnelle qu’esthétique, qui sert encore aujourd’hui à remplir le vide de son esprit.

À une époque lointaine où l’Homme se faisait faucher régulièrement par ses propres limites, un nouveau langage fut créé pour imaginer son périple, mais également son « sur place ». Malgré la tradition, le bruit de ses croyances n’aurait pu nourrir aussi fortement ses peurs et n’eut été de l’organisation systématique du mythe, nous serions probablement aujourd’hui au-delà de l’Au-delà.

Parallèlement à l’authoritisation du mythe, une écriture génétique s’opéra. Celle-ci s’accompagna d’une scission évolutive qui généra de nombreuses secousses. Celles-ci et surtout celle-là devinrent non seulement inévitables, mais de plus essentielles à cause et surtout pour maintenir le dogme.

Car parallèlement à la brisure se prononçait de plus en plus fortement le décalage spectrale entre les différentes couleurs de l’abnégation originelle. Loin de recentrer l’Homme sur lui-même, la séparation mythologique renforça la main mise de l’homme sur l’homme. 

La puissance des gènes semble maintenant n’offrir que peu d’espoir dans une rémission complète. Nous sommes presqu’à espérer une cassure évolutive. Non, cette histoire ne se terminera pas bien.

28 décembre 2007

Boules de Noël… occidentales!

Je me permets une petite pause dans mon conte de Noël annuel pour attirer votre attention sur un article du numéro de décembre 2007 du périodique américain Details intitulé « Enough Already with the Fake Tits ».

L’auteur, Tony Hendra, défend la thèse selon laquelle les femmes qui se font refaire les seins (il surnomme les seins en siliconnes des « über-boobs ») ne le feraient que pour les hommes (évidemment certains diront), et ce, attention, incluant celles qui se font refaire la poitrine prétextant qu’elles ne se sentent pas bien dans leur peau. Selon Hendra, ces dernières se sentiraient ainsi seulement à cause de l’image que leur projettent les hommes sur elles-mêmes.

J’aime particulièrement l’image finale suivante utilisée par l’auteur pour illustrer son propos (ma traduction): « Les über-boobs seraient l’équivalent occidental… du burka. »

Page suivante »

© 2007 www.nonmaissansblogue.com Tous droits réservés.