.

7 août 2008

Danger! Tsunami!

Hier, je lisais que les témoignages d’apparition d’Ovni étaient en hausse au Québec.

Un peu plus tôt cette semaine, j’apprenais que des habitants de notre planète croient (encore) fermement que la terre est plate.

Après le dénie de la théorie de l’évolution de Darwin par plusieurs et la montée du créationnisme, serions-nous témoins de l’ascension d’une dangereuse tendance?

Ma théorie pour expliquer le phénomène est la suivante.

L’époque est maintenant révolue où le savoir se transmettait par des canaux officieux, où l’information transigeait d’une source fiable et reconnu vers des oreilles réceptives dans un contexte préétablie et donc propice. Par exemple, il n’y a pas si longtemps, seuls des spécialistes (ou par l’entremise de professeurs) nous transmettaient des théories et de l’information en général dans un contexte où la compétence du messager n’avait pas à être prouvée. Le média utilisé, comme aujourd’hui, pouvait varier allant de la revue spécialisé, au magazine écrit ou télévisuel.

Aujourd’hui, avec Internet comme source infinie d’information et avec les divers vecteurs de sa propagation (courriel, portable, etc.), nos petits cerveaux deviennent inondés et sursaturés.

En plus de la quantité, que nous ne pouvons plus gérer, nous manquons de filtre, personnellement, de même qu’au niveau de nos outils, pour faire le tri de ce qui est valable et de ce qui ne l’est pas.

Je crois que les phénomènes précités sont la conjonction donc 1) d’un besoin de certain de faire partie de la marée médiatique, de ce nouveau monde qu’il faut habiter d’une manière ou d’une autre pour exister et 2) de la naïveté de plusieurs autres qui sont bombardés d’information et qui ne sont pas outillés pour y faire le ménage.

Est-ce donc une mode ou une tendance? On espèrera une mode. Un vide sociétaire passager avant d’encadrer d’un peu plus de rigueur notre gestion de l’Onde médiatique.

Mais tels les pourriels qui continuent encore et encore de surfer devant la vague des moyens technologiques pour les combattre, je crois que le bruit ambiant de toute nature continuera d’augmenter jusqu’à nous rendre sourd de raison. 

16 février 2008

« Tiens, une tête à claques! »

J’avais pris l’habitude d’aller jeter un coup d’oeil au site des Têtes à Claques. J’aimais bien leur humour. Mais depuis plusieurs mois je trouve qu’ils ont peine à se renouveler.

Jusqu’à tout récemment, j’allais donc encore consulter leur site en espérant que l’originalité et l’humour de certains sketchs comme « Halloween » et le « Willi-Waller » allait être de retour.

Mes enfants ont été témoins de sketchs à quelques reprises et, bien qu’ils n’ont probablement pas compris grand chose, ont trouvé le tout très drôle. Le problème, et je sais je suis coupable, est que mes enfants sont d’âges préscolaires. J’ai donc dû leur expliquer à quelques reprises que le langage entendu n’était pas approprié et qu’ils ne devaient en aucun cas, eux, utiliser de tels mots ou de telles expressions.

Je suis coupable mais seulement à demi, car bien que je ne me sois jamais privé de visionnement de numéros des Têtes à Claques devant mes enfants, j’ai toujours pris soin de filtrer les sketchs qui pouvaient causer problème et qui, à tout le moins, étaient inacceptables.

Mais voilà que dernièrement, après quelques semaines « de retard », je décide d’aller voir les nouveautés.

Mais deux plus vieux sont là à mes côtés et attendent avec impatience de voir les « papouttes ». Le premier sketch commence (il est important de noter je ne l’ai pas pré visionné) et dès les premiers instants, les personnages enchaînent des répliques dans un français des plus approximatifs et de surcroît entrecoupé des jurons les plus grossiers. Je mets tout de suite fin au visionnement en leur expliquant, que « non, ça ce n’est vraiment pas correct de parler comme ça » et que ce n’est ni approprié pour eux, ni pour papa. Afin de faire taire leur déception, je tente ma chance avec le vidéo suivant: même résultat, si ce n’est pire. J’arrête le tout aussi vite et sans dire un mot je démarre le dernier sketch (le plus récent du moment) et constate que les Têtes à Claques ne carburent plus qu’à la vulgarité. Mes enfants sont déçus et moi aussi, mais probablement pas pour les mêmes raisons.

Évidemment, je ne m’attends pas à entendre des poèmes en vers lorsque je visionne un numéro des Têtes à Claques. Je constate toutefois que les créateurs du site semblent compenser leur manque d’inspiration par de la grossièreté.

On parle beaucoup ces jours-ci de la qualité du français à l’école et de la crainte qu’ont certains de le voir disparaître graduellement face à l’anglais dans notre belle province. Cette expérience me fait réaliser que la responsabilité revient premièrement à chacun d’entre nous de valoriser notre langue et de garder une bonne distance des mauvaises influences linguistiques.

_________________________________________________________________

Ma conjointe et moi essayons de dépeindre l’acte de fumer comme quelque chose de laid aux yeux de nos enfants. Pour l’instant, cela semble porter fruit car notre plus vieille nous montre régulièrement des fumeurs en nous disant « qu’elle n’est vraiment pas très jolie la personne en train de fumer, hein maman.. ».

Tout en faisant attention de ne pas faire entretenir des préjugés auprès de membres de notre société qui n’ont pas eu la chance d’avoir une éducation adéquate, je crois que nous allons maintenant mettre beaucoup d’emphase sur la qualité du français à la maison (parlé et écouté). J’aimerais que mes enfants soient irrités par exemple par les gens qui utilisent des jurons aux deux mots au lieu de les trouver drôle, ou pire encore cool.

Peut-être un jour lorsqu’ils entendront quelqu’un qui ne respecte pas sa propre langue, diront-ils: « Tiens, une tête à claques! »

© 2007 www.nonmaissansblogue.com Tous droits réservés.