.

31 octobre 2007

Police fantôme

Sûrement pour être dans l’esprit de l’Halloween, ma petite municipalité a décidé de sortir ses policiers fantômes aujourd’hui…!!

En tout cas, j’en ai vu deux sur à peine 1 km ce matin.

Moi, je les ai vus, mais pas mon garçon de 3 ans, qui lui cherchait l’auto patrouille habituelle.  Comme quoi il y a une certaine magie qui est réservé au grand seulement ;-).

27 octobre 2007

Soupe « mai(n)son » – Partie 1

Un bout de papier, une adresse, ma curiosité.

Peut-être aurais-je le temps de me rendre au bout de mon histoire?… S’ils ne reviennent pas. À moins que j’ais le temps de me sauver avant…

……….. 

J’avais reçu le bout de papier, avec dessus l’adresse en question, pas plus tard qu’hier. Il était dans ma boîte postale. Manuscrit, on ne pouvait méprendre la note pour de l’habituel pourrier. Intrigué, j’eus tôt fait de vérifier avec deux de mes voisins s’ils avaient, eux, reçu pareil note. Négatif.

Intriguant…

À la maison, je Googlemappe l’adresse pour vérifier sa position relativement à mon domicile: pas trop loin. L’adresse se trouve toutefois à la frontière de ce qui semble être une zone industrielle dans un village voisin, ce qui n’est rien pour faire disparaître mes doutes quant à un habile stratagème publicitaire.

Mon épouse et mes enfants sont absents pour le week-end et de toute manière, qu’est-ce qu’une petite balade en auto de 35-40 minutes pour en avoir le coeur net?

À peine à cinq minutes de mon objectif, le décor est déjà totalement dépaysant. Je me dis alors que c’est fou ce que « si près de chez soi » peut avoir l’air si lointain et si différent.

Je suis clairement dans un quartier industriel et, même si c’est la pénombre, je suis surpris de n’y voir aucune âme qui vive, sauf un chat ça et là. Oui, des chats, il y en a; ils m’apparaissent même anormalement nombreux.

Aussi, curieusement, il n’y a aucun véhicule dans les rues, ni circulant, ni stationnés! Et pour ajouter à l’ambiance, un brouillard de plus en plus épais est en train de tomber à mesure que j’approche de ma destination qui n’en sera plus une, c’est maintenant décidé.

Étant un être rationnel, je sais bien que la tombée du brouillard et l’absence de véhicules n’est que le fruit du hasard et qu’il est tout à fait normal que mon cerveau soit en train de remplir d’hypothèses les plus folles l’inconnu auquel il fait face. Je sais aussi que je ne suis absolument pas obligé de me rendre à l’adresse.

J’entre donc dans l’entrée suivante que je croise afin de rebrousser chemin.

Je ne sais pas lequel entre le hasard et le destin me joue des tours, mais en levant les yeux je vois une enseigne lumineuse m’indiquant que je suis devant le « Restaurant La Soupière »… et que l’adresse correspond à celle que je cherchais! 

Même si c’est définitivement un drôle d’endroit pour établir un restaurant (d’autant plus qu’il semble être situé au demi sous-sol), qu’il ne semble pas y avoir âme qui vive ici non plus malgré la lumière à l’intérieur, j’ai tout de même fait 35 km pour assouvir ma curiosité et en plus j’ai faim. Je prends donc mon courage à deux mains et vais voir ce qu’il y a à l’intérieur.

À suivre…

Page suivante »

© 2007 www.nonmaissansblogue.com Tous droits réservés.