.

30 septembre 2007

SVP, assiégez-vous, nous sommes assiégés!

« Selon le Conseil du statut de la femme, l’égalité entre les hommes et les femmes ne doit souffrir d’aucun accommodement. « 

En marge de la Commission Taylor-Bouchard, le Conseil demande notamment au gouvernement du Québec d’amender la Charte des droits et libertés de la personne pour y ajouter un article qui stipulerait qu’en cas de conflit de droit, l’égalité des sexes ne devrait souffrir d’aucun compromis face, entre autres, à la liberté religieuse.

Le Conseil du statut de la femme n’est pas seul ces jours-ci à présenter une telle position. Nombreux sont les témoignages à la Commission Taylor-Bouchard qui vont dans le sens d’un rejet de tout signe religieux sur la place publique et de la primauté de l’égalité entre les hommes et les femmes. Ces deux « valeurs » ne seraient ouvertes à aucun accommodement!

Mon Dieu ( ;-) ) que les québécois de souche ont la mémoire courte. Oublient-ils qu’ils ont pris eux des années (des décennies) à s’affranchir de l’emprise de l’Église catholique et à ce que la femme québécoise devienne l’égale (?) de l’homme. Pourquoi ne pas laisser les nouveaux arrivants le temps de s’accoutumer à leur rythme.

Nous (certains du moins) semblons avoir peur de retourner en arrière quitte à rejeter ce qui pourrait être bon dans ce que les autres ont à nous offrir.

En fait, en ce qui à trait à l’assimilation, car c’est ce dont il s’agit, tout est question de rythme.

Nous avons peur par exemple que les musulmans radicaux arrivent tout d’un coup en grand nombre au Québec et nous imposent leur loi, assez peu de confiance devons-nous avoir en nous-même. Il en résulte en contre partie que nous ne sommes pas prêts à leur laisser une génération ou deux pour s’acclimater à nos us et coutumes.

Car franchement, croyons-nous vraiment que des enfants immigrants mêmes éduqués dans un système de valeurs radicalement différent du nôtre peuvent résister à l’attrait et à l’effet de masse de notre culture, premièrement nord-américaine, puis spécifiquement québécoise, lorsqu’ils sont plongés hors du réseau familial et en particulier à l’école?

Voilà pourquoi je crois les accommodements importants: pour permettre cette douce, prudente mais solide intégration de l’autre (c’est à nous de s’assurer qu’il en soit ainsi…) et pour permettre cette lente influence où la minorité se frotte aux stimuli étrangers (pour eux) et prend graduellement certains sinon la plupart de ses nouveaux plis.

Je dis la plupart car jusqu’à ce point il s’agissait d’assimilation. Là où les immigrants conservent certains de leurs plis et nous en font cadeaux partiellement, même devrait-on dire non péjorativement »sournoisement », on parle d’évolution d’une société. Et c’est là que nous allons chercher notre part dans l’échange!

Doit-il y avoir des exceptions aux accommodements? J’aime utiliser l’analogie des signaux électriques qui passent d’un régime transitoire à un régime permanent après un certain nombre de cycles.

Probablement dans les cas notoires où après quelques générations (régime permanent) certaines « sous sociétés » se forment en ghetto où aucun signe d’ouverture à notre société ne semble apparaître… Nous avons tous malheureusement en tête au moins un exemple…

________________________________________________________________

Quand elle laisse des vecteurs de changements repousser les idées préconçues, apporter de l’eau au moulin et ébranler juste ce qu’il faut de ses convictions pour la faire sortir de ses torpeurs, c’est signe qu’une société est confiante et mature. 

Curieusement, ce sont les 50 ans et plus qui semblent se braquer à la commission Bouchard-Taylor. Est-ce un signe de manque de confiance envers la jeune génération? Peut-être n’est-ce qu’une crainte naturelle de perdre des acquis durement gagnés? Dans certains cas, il s’agit probablement aussi du rappel de plaies encore béantes.

Dommage que les deux co-présidents de la Commission de consultation sur les pratiques d’accommodement reliées aux différences culturelles ne soit pas psychologues ou même psychanalystes de formation car il semble à la lumière de la plupart des témoignages relatés par la presse que ce soit de ce genre de consultation dont le peuple a besoin…

27 septembre 2007

Merci à The Gazette!

…pour avoir attiré notre attention sur cette histoire de possible empiétement sur des terres publiques et sur des irrégularités qui auraient permis la construction du château de Madame.

J’espère que « The Gazette » tiendra jusqu’au bout pour que la lumière soit faite là-dessus.

Influence ou pas, en attendant, on trouve chanceuse madame Marois d’avoir eux vent à l’époque que ces belles terres « sans voisins » aient été disponibles ;-).

C’est drôle, mais je n’ai pas l’impression qu’il va y avoir des projets de construction de routes dans ce coin là de si tôt…

Page suivante »

© 2007 www.nonmaissansblogue.com Tous droits réservés.