.

30 juillet 2007

Safari boucane

Imaginez le Parc d’attraction suivant:

Un parcours de 2h en voiture simule la congestion qu’on peut vivre à l’heure de pointe dans une grande métropole lorsqu’on se rend au travail.

Puisqu’il s’agit d’un Parc d’attraction payant, il faut le rendre plus « attrayant ». Ainsi, les routes sont passablement cahoteuses… (Attendez. Je sais, c’est encore trop près du quotidien…) et… (Enfin, voilà:) il y a toute sorte d’animaux sur le parcours: des girafes, des zèbres, des gnous, et plusieurs autres… On peut même y voir des rhinocéros et des éléphants au loin!

Je vous entends commencer à protester: « Mais voyons, un tel Parc d’attraction ne pourrait jamais voir le jour! En plus d’être un non sens, il serait complètement immoral! Premièrement, il y aurait la quantité de pollution créé POUR RIEN par les automobiles (avance – arrête – avance – arrête…). Deuxièmement, mettre de pauvres animaux en plein coeur d’émanations de CO2 et autres! Ça ne va pas??!

Et bien parlez-en aux propriétaires du Parc Safari à Hemminford et aux imbéciles qui, comme moi hier, s’amusent à participer à leur « Safari Aventure », celui-là même qui a fait leur renommé, mais dont la formule devrait être repensée…

Le plus drôle est l’affiche sur le parcours avec l’indication suivante: « SVP fumer au espace désignés seulement. Merci. Le Parc Safari est un site Air Pur »!

Pour le bien être des animaux et de l’environnement, voici deux suggestions d’alternatives à leur « Safari boucane »:

  • remplacer le pare-choc à pare-choc par une balade en train électrique avec plusieurs wagons dont les temps d’embarquements coïncideraient avec des pauses d’observations pour les wagons déjà en parcours; OU
  • conserver le concept « safari-boucane », mais prévoir ou offrir au conducteur de chaque véhicule de compenser les émissions de gaz à effet de serre qu’il crée sur le parcours en dons pour la création de puits de carbone (ou pour la création du train).

En attendant que le Parc Safari prenne le virage vert, je suggère que vous passiez outre cette activité désolante (il y a bien d’autres animaux à voir là-bas) ou que vous alliez plutôt au Zoo de Granby… en autobus.

P.S. Attention toutefois, car on y trouve toute sorte de bestioles au Zoo de Granby… Selon des témoins, des étudiants stagiaires auraient même déjà été aperçus il y a quelques années en train de tenter de domestiquer une araignée géante de plus de 8 pieds à coup de pinceaux…

27 juillet 2007

Si on pouvait voir par le « chat » de la serrure…

Avez-vous entendu parler du « chat de la mort« ?

Il s’agit d’Oscar, un chat habitant dans une résidence américaine pour personnes âgées souffrant, pour la plupart, d’une maladie neurodégénérative au dernier stade.

Oscar fera l’objet prochainement d’un article du prestigieux « New England Journal of Medicine » puisqu’il serait capable de prédire la mort des patients! En effet, « sa seule présence au chevet d’un patient est perçue par les médecins et les soignants comme un indicateurs quasi certain d’un décès imminent », tellement ses prédictions passées se seraient avérées justes.

Imaginez le scénario…

Un chat qui n’a pas l’habitude d’approcher les patients d’une institution gériatrique est aperçu par hasard près d’un patient quelques heures avant sa mort. Bien que le chat ne soit pas noir (Oscar est blanc et gris), l’imagination humaine en mal de merveilleux, de surquoi nourrie par l’ennuie, amène certains membres du personnel à transposer ce lien si présent dans notre inconscient collectif, c.-à-d. chat noir = malheur.

Un des membres du personnel, dont l’équilibre mental est à « fleur de neurone » a vent de cette fabulation et décide de créer la légende, tout en assouvissant ses désirs qui eux sont tout à fait noirs. Quoi de plus facile: ses proies sont de toute manière à l’article de la mort et donc peu enclin à offrir une résistance.

Tout simplement un peu d’herbe à chat quelques heures auparavant auprès de sa prochaine victime et le tour est joué… 

_______________________________________________________________

Peu probable cette histoire…? Mais serait-ce cela le moins probable!?

Loin de moi l’idée de réfuter l’hypersensibilité des chats, je ne fait ici que me questionner sur la reproductibilité de l’expérience et les conditions « expérimentales » dans lesquelles elles ont été effectuées… N’oublions pas qu’on parle ici du sujet d’un article du New England Journal of Medicine.

Page suivante »

© 2007 www.nonmaissansblogue.com Tous droits réservés.