.

17 mars 2007

En fin…

Au début, ils étaient deux: l’un et l’autre.

Plutôt différent de culture et même de valeurs mais en partageaient plusieurs et le désir de bâtir un pays.

Puis semblable à l’autre, d’autres se joignirent, puis d’autres encore.

Mais l’un, de plus en plus isolé, hésitait, sentait un barrage s’ériger sur la rivière de ses possibilités.

Son îlot rétrécissait au centre des ponts de ses dépendances.

Mais il trouva la force de faire entendre une première note, puis une seconde.

Jusqu’à l’harmonique qui lui est propre.

Les vibrations brisèrent ses chaînes, puis créèrent de nouveaux liens.

Porté par le vent de ses idéaux, il toucha enfin son destin,

Le sien, le seul.

10 mars 2007

Simulateur universel

Je me rappelle un de mes cours de spécialisation à l’université dans lequel on apprenait à simuler des situations de la vie courante: « Technique et langage de simulation numérique ». Par exemple, un de nos projets consistait à simuler un centre de ski et plus spécifiquement la capacité du stationnement, le nombre de pentes, le nombre et la vitesse des remonte-pentes, le nombre de restaurants, le nombre de serveurs/caissiers au resto, etc. Ensuite, on pouvait faire varier le nombre de paramètres et ainsi étudier l’impact sur les autres paramètres. Par exemple, quand on diminuait le nombre de remonte-pentes, il y avait plus de clients au resto (on pouvait donc décider d’augmenter le nombre d’employés au resto, même si on augmentait ainsi les coûts d’opération…).

Depuis très longtemps, je fantasme sur un simulateur universel qui pourrait permettre de prédire l’impact d’une décision de société/politique sur d’autres aspects de notre société.

À titre d’exemple, si on décidait de mettre en place des mesures pour encourager la natalité, quels seraient les impacts de telles mesures sur la perte de productivité à court terme (il y aurait probablement également un manque à gagner au niveau fiscal), sur l’environnement (moins de transport), sur la santé, etc.

Un simulateur universel permettrait de mesurer l’impact de prioriser l’éducation sur la santé? Par exemple, des citoyens globalement mieux outillés dans le futur prendrait-il mieux soin d’eux et donc minimiseraient-ils l’augmentation de la facture des soins de santé à long terme? Cette société formerait-elle des cerveaux qui s’expatrieraient parce que l’accès aux soins de santé serait déficient…? Le simulateur universel pourrait évidemment tenir compte de tous les impacts de chacun des deux aspects sur TOUS les aspects de la société et nous permettre de prendre une décision qui favoriserait le bien-être d’une majorité… sur une plus longue période.

Pendant une période électorale ou lorsque survient un dossier chaud de l’actualité, il est intéressant de voir la tendance naturelle des gens d’effectuer des analyses de premier niveau. Je pense alors toujours au jeu d’échec où la plupart des joueurs, bien qu’ils se fixent des buts (« aller chercher la tour ») ne pensent rarement plus loin que 2 coups à l’avance. Nos analyses politiques et sociétaires ressemblent à ça.

Ce qu’il manque dans notre société, ce sont des visionnaires. Des leaders qui arriveraient à nous présenter leurs priorités, leurs buts et leur plan d’action pour y arriver. Puis avec une dose de courage et d’honnêteté, ils nous rappelleraient les sacrifices qu’il faudrait également faire pour arriver à bâtir la société qu’ils proposeraient, qui d’entre nous devraient porter un peu plus le fardeau que les autres et quels aspects de nos vies nous devrions sacrifier.

Au lieu de ça, on nous propose des rêves où tous vont avoir une part du gâteau et vont être épargnés. Le pire, c’est qu’il semble que la plupart d’entre nous soyons assez stupides pour croire encore à de telles promesses.

« Page précédente Page suivante »

© 2007 www.nonmaissansblogue.com Tous droits réservés.