.

Noël bleu (suite et fin) | Retour | Comment un immigrant russe devint une inspiration pour faciliter l’intégration ethnique

29 décembre 2006

“Vieille résolution”

Il est bien connu en psychologie que les changements, l’inconnu, les situations imprévisibles engendrent du stress. Lorsqu’on fait face à l’inconnu, on a tendance à remplir le vide par des constructions, la plupart du temps pessimistes. Ainsi est la nature humaine.

Par exemple, lorsqu’un employeur propose des changements dans sa compagnie, les employés n’étant pas au fait de la nature de tous ces changements s’imaginent qu’ils ne pourront s’adapter, et pire encore que ces changements seront voués à l’échec.

Un autre exemple: lorsqu’un petit symptome inconnu apparaît, certains vont souvent s’imaginer le pire, jusqu’à ce qu’un médecin diagnostique une banalité.

Aussi, notre société occidentale est de plus en plus en proie à l’anxiété… Peut-être que tout va trop vite et que l’on ne prend plus le temps… de prendre du recul.

Peut-être y a-t-il également autre chose.

En effet, parallèlement, on remarque qu’on ne laisse plus de place à nos aînés. C’est ainsi toute notre mémoire collective que l’on tait, trop pressé à foncer dans des murs ou à faire du sur place tandis que la pollution liée aux pathologies du stress et de l’anxiété nous étouffe.

En cette période de résolutions, je nous souhaite d’ouvrir nos portes à cette sagesse collective qui ne demande qu’à nous guider certe, mais plus encore à nous rassurer.

Bonne et heureuse année!

Répondre

© 2007 www.nonmaissansblogue.com Tous droits réservés.